Aller au contenu
La transformation numérique avec Microsoft

« Priorité au Cloud » est une expression courante dans le secteur technologique, mais que signifie-t-elle du point de vue des stratégies et plus particulièrement dans le secteur de la santé ? Nous avons eu l’occasion d’aborder ce sujet à maintes reprises lors des réunions du Comité européen Cloud in Health. Ce fut l’une des recommandations émises dans l’Appel à l’action du Comité de juin 2016. En écoutant au fil des réunions les remarques de Richard Corbridge (Directeur des services d’information du HSE d’Irlande et membre du comité), nous avons eu l’idée que les clients, les décisionnaires et les autres parties prenantes du système de santé, non contents d’écouter Richard, gagneraient énormément à l’entendre expliquer ce que signifie la Priorité au Cloud dans les services du HSE irlandais et de quelle manière l’Irlande tire des avantages du Cloud en conséquence de cette stratégie. La notion de stratégie de Priorité au Cloud trouve son origine dans les travaux du Directeur des systèmes d’information du Gouvernement fédéral des États-Unis, Vivek Kundra. C’est l’une des pierres angulaires du Plan en 25 points de Kundra pour réformer la gestion fédérale des technologies de l’information, publié en 2010. Dans le rapport qui étaie son plan, Kundra énonce la notion de Priorité au Cloud comme suit : « Lors de l’évaluation des options de nouveaux déploiements IT, le Bureau de la gestion et du budget (OMB) demande aux agences d’opter par défaut pour des solutions Cloud chaque fois qu’il en existe au moins une sûre, fiable et économique. » La stratégie de Priorité au Cloud n’était pas seulement innovante ; elle stipulait également l’exigence que « [c]haque DSI d’agence devait identifier trois services dont la migration s’imposait et élaborer un plan pour la migration de chacun vers une solution Cloud et la mise hors service des anciens systèmes associés ». Un certain nombre d’autres pays ont adopté la stratégie de Priorité au Cloud, notamment le Royaume-Uni et l’Australie. Nous voyons également des services ministériels mettre en place des stratégies Priorité au Cloud, tels que le Service de sécurité incendie de Nouvelle-Zélande. Un cabinet de consulting technologique a même appelé la stratégie Priorité au Cloud « la nouvelle norme ». C’est l’endroit idéal pour aborder le sujet avec Richard. Dans le premier clip vidéo, vous écoutez Richard expliquer que la stratégie de Priorité au Cloud du HSE engendre l’hypothèse que les nouveaux services sont systématiquement déployés dans le Cloud et, selon ses termes, que « cela fait évoluer dans les esprits l’idée que les solutions locales étaient auparavant ce que les gens souhaitaient en priorité ». Richard nous indique alors qu’il est indispensable que la démarche de Priorité au Cloud soit fondée sur un bon point de départ, mais reconnaît également que, dans l’ensemble, « le système de santé doit passer au Cloud parce qu’il ne peut pas se permettre de faire autrement ». Dans un deuxième clip vidéo, Richard expose brièvement comment la stratégie de Priorité au Cloud a récemment permis l’implémentation fondée sur le Cloud d’un nouveau système de prise en charge de l’épilepsie qui comprend des informations génétiques dans les dossiers Cloud des patients épileptiques. Ce nouveau système permet aux prestataires de soins de disposer de beaucoup plus d’informations sur leurs patients. Cela leur permet d’appliquer des traitements différents selon les caractères génétiques de chacun et les informations que les patients intègrent dans leurs dossiers. Richard évoque également l’importance de la communication interne auprès des prestataires de santé et des techniciens en ce qui concerne la stratégie de Priorité au Cloud, mais aussi auprès des patients et du public plus généralement. Le but est que toutes ces personnes prennent conscience que cette stratégie améliore réellement la sécurité de leurs informations médicales et engendre au final une meilleure efficacité des soins. Beaucoup d’utilisateurs de Cloud à grande échelle ont déjà vécu cet important changement de mentalité (comme au HSE d’Irlande). Mais pour apprécier complètement l’apport du cloud computing dans le domaine de la santé, nous devons travailler ensemble pour que cette évolution de la perception se fasse en douceur quand le Cloud atteindra le niveau des patients. Nous remercions à nouveau Richard pour son leadership dans ce domaine et son envie de partager sa vision au-delà du Comité européen Cloud in Health. Pour obtenir davantage d’informations sur la cybersécurité dans le secteur de la santé, téléchargez le livre blanc ici.